Or noir

Or noir

Dominique Manotti

Gallimard

  • par (Libraire)
    7 mai 2015

    OR NOIR

    Tout est réussi dans ce roman policier ! Un personnage original de commissaire, le portrait de la ville de Marseille avec ses contrastes, une intrigue savamment bâtie dans le monde des affaires aux ramifications douteuses sur fond de choc pétrolier !
    Dominique Collani maîtrise les arcanes des marchés et de la finance ! Elle démontre aussi que la mondialisation d'une certaine économie « sans foi ni loi » était déjà bien en place dans les années 70 !(commentaire de Brigitte G)


  • 22 mars 2015

    Quand les traders remplacent les gangsters

    Or Noir est le récit d'une époque charnière, emblématique d'un changement de société, d'une modification en profondeur des visages du crime organisé. Cette fin des années soixante-dix à Marseille où le milieu flotte en pleine réorganisation abasourdi par la fin de la French Connection et ses luttes intestines, où la brigade des Stups locale a été limogée dans son entier pour être remplacée par des parisiens et où le pétrole commence sérieusement à devenir une matière première recherchée. Les « beaux mecs » laissent peu à peu la place aux « cols blancs », aussi cyniques, pourris, meurtriers mais bien plus sournois et difficiles à débusquer.

    Daquin est l'anti-héros type d'un commissariat marseillais des années soixante-dix. Débutant, homosexuel, intello, il est plongé dans un monde dangereux et doit, entre rigueur et souplesse, apprendre à survivre dans la cité phocéenne. Et, plus complexe encore, trouver son chemin dans l'entrelacs des différents réseaux tous plus fermés les uns que les autres.

    Un Daquin intelligent, cultivé, épicurien, sympathique et particulièrement agréable à suivre dans ses tentatives pour ne pas être réduit à ce rôle de marionnette où le procureur de Nice et les notables marseillais ont décidé de lui coller. Gérer son homosexualité dans cette ville inconnue aux intolérances féroces en plus de ses pas hésitants dans l'affaire, quel tour de force !

    Bien documenté, habile, ce polar joue sur les deux mondes, finances et milieu, donne une vision globale et argumentée des forces en présence et de ce qui se joue aussi bien localement qu'internationalement. Les mauvaises intentions des différents acteurs, les pièges tendus, le cynisme des banquiers internationaux, des politiques, tout comme les difficultés quasi insurmontables des simples fonctionnaires qui souhaitent faire ce pour quoi ils sont payés. L'envie de travailler et d'obtenir des résultats, autres que ceux bénéfiques médiatiquement, est la pire des tares pour un flic de l'Évêché en 1973.

    Un polar historique, judicieusement situé au point de basculement du monde du crime...

    Les quelques nostalgiques des années Al Capone, Guérini et consorts y voient passer le train de l'Histoire où ont embarqué ceux qui détiennent désormais la haute main sur la magouille : les traders, les états et ceux qui possèdent les matières premières indispensables au développement irraisonné du capitalisme sauvage tel que nous pouvons aujourd'hui, quarante années plus tard, le constater.

    Passionnant et édifiant, Or Noir est impossible à lâcher. Un style juste, un rythme aussi haletant que le scénario sans verser dans l'impatience, le lecteur suit le tempo de Daquin : impatience de l'enquêteur, trêves sensuelles de l'hédoniste, méfiance et prudence du flic en milieu potentiellement hostile...

    À lire donc parce que c'est un excellent polar, parce qu'il fourmille de renseignements précieux sur une période très trouble qui a donné naissance au dérèglement total et à l'anarchie financière d'aujourd'hui et parce que Dominique Manotti a un immense talent de conteuse et une analyse politique formidable. Trois raisons déjà et je suis loin d'être exhaustif...

    Suite de la chronique et musique du livre sur Quatre Sans Quatre (http://quatresansquatre.com/article/chronique-livre-or-noir-de-dominique-manotti-1427041162)


  • par (Libraire)
    10 mars 2015

    Un monde de brut

    L'intrigue se passe à Marseille dans les années 70. L'héroïne de la French Connection a fait son temps mais des bandits aux cols blancs ont pris la relève.

    Sur l'OPEP et la premier choc pétrolier, un très bon roman noir qui parvient à nous instruire tout en nous divertissant.