C'est reparti !

C'est avec une grande joie que nous ouvrons les portes de la librairie le samedi 28 novembre à 10 heures.

(lire la suite)

Pukhtu, Primo

Pukhtu, Primo

Doa

Gallimard

  • par (Libraire)
    3 mai 2016

    Un polar géopolitique à la frontière pakistano-afghane. Un complexe jeu d’alliances entre paramilitaires, talibans et simples civils.


  • par (Libraire)
    30 mai 2015

    Excellent thriller technologique : la guerre telle qu'elle se pratique maintenant, sans complaisance ni concession. On est à la frontière entre le Pakistan et l'Afghanistan, les mercenaires qui travaillent pour les Etats-Unis et leurs alliés s'équipent et combattent avec le soutien aérien de drones, les chefs de guerre locaux défendent leur honneur et leurs traditions. Un journaliste canadien tente de mener l'enquête sur un trafic de drogue(s) qui mêle tous les degrés de complicités locales comme internationales. A Paris deux femmes se rencontrent et ce n'est pas un pur hasard.

    Brillant, captivant, tenu de main de maître : pour qui n'a pas peur de se laisser embarquer sans tout comprendre d'emblée, ce livre est époustouflant.


  • par (Libraire)
    29 avril 2015

    Rouge sang & poudre blanche

    C'est un roman très noir, un roman sur la guerre telle qu'elle se pratique aujourd'hui. Jamais encore je n'avais lu quelque chose d'aussi juste sur le sujet... si ce n'est peut-être dans des articles de journaux.
    Archi-documenté (mais sans jamais que cela nuise à l'action), l'intrigue se déroule principalement en Afghanistan dans les zones tribales qui jouxtent le Pakistan... mais aussi à Kaboul, à Pristina, à Dubaï, à Paris et partout où le trafic de drogue d'opium et d'héroïne s'étend. Paramilitaires, talibans ou simples civils, les personnages sont nombreux et faits de chair et de sang... et du sang, il en coule beaucoup dans ce premier tome. Vivement la suite !


  • 10 avril 2015

    Apocalypse now version afgane

    Derrière ses photos mystère ou son pseudo (d’après le film “Dead on arrival”), DOA prévient : il préfère mettre ses livres en avant plutôt que se dévoiler. Cela tombe bien, il y a beaucoup à dire, et en bien, sur « Pukhtu », sixième roman de ce Lyonnais de 46 ans. Ne pas se fier au label : on est dans la Série noire, mais pas dans le polar. Les deux gangs qui se disputent ici un juteux trafic d’héroïne sont des soldats US et des talibans. Cette ambitieuse fresque de guerre et d’espionnage nous entrouvre les coulisses d’un conflit né du 11 septembre et impossible à conclure parce qu’aucun des belligérants n’y a intérêt. Dans cette zone entre Afghanistan et Pakistan survolée dans le film « Zero Dark Thirty » et la série « Homeland », DOA immerge des personnages cousins de ceux d »Apocalypse Now ». Des types sur un fil comme Fox, soldat des forces spéciales réglo, qui rêve de tout plaquer. D’autres en bout de course comme Voodoo et Ghost, piliers cupides et violents d’une société militaire privée. Autour d’eux défilent contrebandiers pachtounes et policiers corrompus, enfants poussés au martyre et femmes maltraitées par tous. Des salauds à tous les étages et un flot d’informations sur la guerre hight tech, sur les routes de la drogue ou sur les manigances du complexe militaro-industriel. Testostérone et géopolitique, un mélange addictif. Rendez-vous dans un an pour « Pukhtu Secundo »… **[Lire l'interview (passionnante) de Doa](http://www.onlalu.com/site/rencontre-avec-doa/)**

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    20 mars 2015

    DOA compose un grand roman, encore une fois. Travaillant à épurer et à affiner son style, il parvient avec Pukhtu Primo à écrire le livre de ce début de siècle bouillonnant, anarchique, dangereux et malgré tout humain. À travers chacun de ses personnages, DOA explore les divers aspects des conflits qui secouent l'Asie centrale et leurs répercussions sur l’Occident.
    La force du roman réside dans son ancrage très concret à la réalité contemporaine. Sa clarté, la fluidité du style et de l’intrigue offrent au lecteur une compréhension plus humaine, mais aussi plus profonde des coulisses du monde. L'intrigue de Pukhtu Primo repose sur la foisonnante galerie de personnages qu'il met en scène. Chacune de leur action, chacun de leur dialogue, entrent en résonance. Depuis Neel Sheehan, on sait que les États-Unis ont perdu leur innocence. Avec Michael Barry on a compris que l'Afghanistan est le pays de l'insolence. DOA opère une synthèse entre ces deux auteurs dans un roman noir exceptionnel. Universel.