Un printemps 76

Vincent Duluc

Stock

  • par (Libraire)
    11 juin 2016

    Même les plus ignares en option football ont entendu parler de l'épopée de Saint-Etienne, de l'Ange vert... Alors, avoir 13 ans en 1976 quand " l'Europe apprenait à situer (notre ville) sur la carte", c'est presque inimaginable ! Sauf que... tandis que les supporters chantent "Qui c'est les plus forts...", le nombre de mineurs chute de façon dramatique. Le football, la mine et l'adolescence se mêlent pour rendre cette histoire riche, forte et ,revisitée par la nostalgie, plus qu'intéressante.


  • 20 mars 2016

    Chaudron magique

    « Au printemps 76, pendant l'ennui, les exploits des footballeurs de l'AS Saint-Etienne en Coupe d'Europe ont battu les cartes de la région et de nos vies, le séisme qui soulevait la ville noire faisait glisser ses répliques jusqu'en nos jardins (...) ». Faut-il avoir aimé ce sport ces années-là, l'aimer encore, pour s'attacher au texte de Vincent Duluc ? Peut-être pas... même si les nostalgiques du football d'hier trouveront plus facilement matière à sourire dans les clins d'œil du narrateur et auteur, journaliste à l'Equipe.

    Pour les réfractaires à l'ambiance terrains de foot à papa, ambiance survoltée dans les tribunes (à des années-lumière de la consommation en zapping vidéo) et souvenirs de la Grande Epoque des Verts, il reste une histoire joliment troussée, à l'écriture mélancolique. « Grandir dans ma province avec Saint-Etienne juste à côté, en 1976, c'était habiter Naples au pied du Vésuve, c'était savoir que le cœur de l'univers s'était soudain déplacé ».

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u