21,80

De tous les chefs qui sillonnent les grandes salles symphoniques, Alexis Kandilis nous apparaît comme le seul à être à la fois si précis et si lyrique, si élégant aussi, le seul qui soit capable d’interpréter de façon aussi personnelle les monuments du grand répertoire."
C’est en ces termes que les plus grands critiques musicaux évoquent Alexis Kandilis.
Adulé, ovationné, sollicité par les Opéras les plus prestigieux aux quatre coins du monde, le maestro va pourtant commettre une grave erreur en humiliant - publiquement - un percussionniste lors d’une répétition.
Commence alors une inexorable descente aux enfers pour ce "Prince d’orchestre" qui semblait pourtant promis à un avenir radieux.


roman

Le Livre de poche

7,90

Félicité Herzog, la fille de Maurice Herzog, vainqueur de l’Anapurna, fait paraître aux éditions Grasset Un Héros. Elle y livre sa version de la vie de la famille Herzog-Brissac, avec en filigrane l’ombre écrasante du père, héros de la Nation, habitué des cabinets gouvernementaux, mais surtout destructeur de ses enfants. Pour les lecteurs de Paris-Match et les Français comme vous et moi, il incarnait en son temps un homme modèle, grand alpiniste, résistant engagé, au sourire séduisant et toujours accessible. Pour sa fille, c’est un menteur, mari adultère et falsificateur, qui mit en danger sa cordée pour atteindre son but coûte que coûte et contribua à faire sombrer son fils dans la folie. Un excellent récit, qui fait revivre une France disparue, celle de la vielle noblesse et du tournant des années d’après-guerre dans la vie politique et sportive.


6,50

En partie construit autour d’un fait méconnu de l’histoire mauricienne, Natacha Appanah nous livre un roman subtil et bouleversant autour de la question de la mémoire et de la survie.

Tout part d’un rêve. Raj a 70 ans mais bien qu’affaibli, il n’a rien oublié des détails qu’ils l’ont amené à rencontrer cet ange blond dont le visage revient le hanter dans son sommeil plus de soixante ans après qu’il ait aperçu ce visage pour la première fois. C’était quelques mois après que l’orage ait dévasté la plantation sur laquelle ses parents travaillaient, leur enlevant l’aîné et le benjamin de la fratrie, peu de temps après qu’ils aient emménagé dans une maison sommaire dans la forêt près de la prison où son père avait trouvé un nouvel emploi. C’est là que Raj a vu le visage de David, un garçon de son âge qui avait la peau claire et les cheveux dorés. Dans le plus grand secret, les garçons vont partir à la découverte de l’éblouissante beauté qu’offre la flore et la faune de l’île jusqu’à l’incident.

Tout en finesse, ce roman plein d’humanité sonne juste, laissant les lecteurs sous le choc des émotions provoquées par cette histoire incroyable.


20,00

Ecrire une fiction sur les camps, voilà le défi que relève (avec brio) Valentine Goby.

Le Ravensbrück fut le plus grand camp pour femmes du régime nazi, et accueillit même une nurserie. Mila, une jeune française, y est déportée alors qu’elle est enceinte, et devra faire face à la barbarie des camps avec un nourrisson.

Part oubliée de l’histoire, les enfants nés en camp de concentration n’ont pas été nombreux à survivre, mais le travail d’historienne de Valentine Goby a permis de lever le voile sur des événements jusqu’alors occultés.

La douceur de sa plume contraste avec l’horreur du sujet, et le devoir de mémoire se fait condition de survie dans un univers où les repères ont disparu. Magistral !


18,00

Auteur atypique, Belge de surcroit, Thomas Gunzig revient en force dans cette rentrée littéraire.

Une sort de conte aux relents de Thriller, aux accents de SF, avec une pointe de satyre, voilà ce qu’est le Manuel de survie à l’usage des incapables.

Un jeune employé d’un super marché se voit contraint d’espionner deux collègues, et de fil en aiguille la situation va déraper, et notre cher héros se retrouvera traqué par quatre jeunes loups (quasiment au sens littéral...) en quête de vengeance...

Servi par une plume diablement efficace, ce Manuel de survie se révèle être un roman jubilatoire, extrêmement prenant, à l’humour noir omniprésent.

Une vraie réussite !