Maudite éducation
EAN13
9782848762173
Éditeur
Philippe Rey
Date de publication
Collection
Littérature française
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Maudite éducation

Philippe Rey

Littérature française

Indisponible
Adolescent en Haïti dans les années 70, tiraillé entre la crainte d'un père
rigide et le désir d'explorer le nouveau continent de la sexualité, le jeune
Carl Vausier choisit de faire confiance à sa propre nature. Dans la maison
familiale d'abord, où la promiscuité interdit le moindre jardin secret, il se
réfugie dans le saint des saints, la bibliothèque... Puis lors de virées dans
les bas-fonds de Port-au-Prince, où les prostituées lui procurent le plaisir
tant recherché, mais surtout lui racontent des femmes stupéfiantes, victimes
de l'Histoire et de la cruauté des hommes. Sa véritable initiation
sentimentale débute toutefois à la faveur d'une correspondance avec la
mystérieuse Cœur Qui Saigne... Leur première rencontre est un fiasco : Carl ne
revoit la jeune fille que des années après. Il ne cesse alors de vouloir la
sauver de son tragique destin. Le roman devient celui de deux êtres voulant
rattraper le passé, réécrire leur propre histoire, tandis qu'autour d'eux la
violence redouble, que les militaires rôdent et agissent avec une brutalité
inouïe. Gary Victor, dans ce superbe roman qu'on devine pour partie
autobiographique, raconte aussi la naissance d'un écrivain : les débuts
encouragés par ses parents, l'initiation chez un entreprenant poète, ses
révoltes contre les injustices et les aberrations de son pays – dont la mort
absurde de son père à même le sol d'un hôpital, à 333 mètres du bureau du
président de la République... Cette écriture foisonnante, avec son humour et
sa liberté, n'est-elle pas la seule voie qui reste à Carl pour échapper à sa "
maudite éducation " ? Sa véritable initiation sentimentale débute toutefois à
la faveur d'une correspondance avec la mystérieuse Cœur Qui Saigne... Leur
première rencontre est un fiasco : Carl ne revoit la jeune fille que des
années après. Il ne cesse alors de vouloir la sauver de son tragique destin.
Le roman devient celui de deux êtres voulant rattraper le passé, réécrire leur
propre histoire, tandis qu'autour d'eux la violence redouble, que les
militaires rôdent et agissent avec une brutalité inouïe. Gary Victor, dans ce
superbe roman qu'on devine pour partie autobiographique, raconte aussi la
naissance d'un écrivain : les débuts encouragés par ses parents, l'initiation
chez un entreprenant poète, ses révoltes contre les injustices et les
aberrations de son pays – dont la mort absurde de son père à même le sol d'un
hôpital, à 333 mètres du bureau du président de la République... Cette
écriture foisonnante, avec son humour et sa liberté, n'est-elle pas la seule
voie qui reste à Carl pour échapper à sa " maudite éducation " ? Né à Port-au-
Prince, en exil permanent dans son tiers d'île comme il aime à le dire, Gary
Victor, journaliste, dramaturge, écrivain, est l'auteur d'une œuvre littéraire
importante qui explore sans concessions les mondes intérieurs les plus
singuliers. Son regard aigu sur la société et ses conflits fait de lui un
auteur à la fois incontournable et inclassable. Il a publié une quinzaine
d'ouvrages dont À l'angle des rues parallèles (prix du Livre insulaire, 2003),
Je sais quand Dieu vient se promener dans mon jardin (prix RFO, 2004), Banal
oubli (2008), et Le Sang et la Mer (prix Casa de Las Americas, 2012).
S'identifier pour envoyer des commentaires.