L'Etat détricoté / de la Résistance à la République en marche
  •  
EAN13
9791097079338
ISBN
979-1-09-707933-8
Éditeur
Éditions du détour
Date de publication
Collection
ESSAI
Nombre de pages
192
Dimensions
22 x 14 x 1 cm
Poids
334 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'Etat détricoté / de la Résistance à la République en marche

Éditions du détour

Essai

Offres

Que signifi e l’accession au pouvoir de LREM ? Un pouvoir concentré entre quelques mains, le refus de l’interventionisme, des députés godillots… Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky analysent comment, depuis le Conseil national de la Résistance et son programme, plusieurs visions de l’État s’affrontent, et comment celle d’un État réduit, peu-à-peu, à son minimum s’est progressivement imposée, incarné aujourd’hui
par LREM.
On analyse ici l’évolution des institutions, des acteurs et des pratiques de l’État en France depuis 1944, particulièrement à travers les politiques publiques, en trois périodes. Celle où les grandes réformes issues du programme du CNR de mars 1944 (Plan, nationalisations, Sécurité sociale, service public, système de crédit administré…) placent durablement l’État au coeur du développement de l’économie et de la société.
Cette période se poursuit, non sans tension ni opposition, dans les années (1968-1982) qui s’inscrivent dans l’une des postérités de mai 1968, celle de de la régulation collective administrée par l’État, alors hégémonique, des gaulistes au PC, de l’économie et de la
société, quels que soit les partis au pouvoir. Une troisième période, de 1982 à nos jours, voit, selon des temporalités différenciées, les fonctions de l’État se déliter, suivant un enchainement complexe dans l’effacement successif de ses prérogatives, jusqu’à LREM, ultime avatar.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Danielle Tartakowsky, Michel Margairaz, Pierre Birnbaum
Le , Le Merle Moqueur

Mercredi 12 septembre à 19h30, nous aurons le plaisir de recevoir Danielle Tartakowsky, Michel Margairaz, Pierre Birnbaum

Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky analysent l’évolution de notre État de 1944 à LREM et montrent une double dynamique à l’oeuvre : le renforcement du pouvoir présidentiel de régulation et la réduction de l’intervention de l’État social.

Que signifie l’accession au pouvoir de LREM ? Vivons-nous l’énième avatar d’un état libéral qui sacrifie nos acquis collectifs sur l’autel des libertés individuelles ? Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky démontrent avec audace une thèse contraire. L’État macronien est au contraire un État fort, régulateur, et problématique pour les libertés individuelles et collectives. Il met en oeuvre, plus radicalement qu’on ne l’a jamais vu, un désengagement de l’État dans ses fonctions de protection sociale collective, et renvoie à chacun celle d’être en bonne santé, employable, acceptable à l’Université, admissible au séjour en France, à l’écart des fichiers de police. Parallèlement, il applique une politique économique libérale déjà vue et une concentration inédite des pouvoirs à l’Élysée, avec des ministres qui exécutent, des parlementaires devenus godillots, des experts toujours plus présents dans les décisions au prétexte de la société civile.

On analyse ici l’évolution des institutions, des acteurs et des pratiques de l’État en France depuis 1944 à travers les politiques publiques. D’abord les grandes réformes issues du programme du CNR (Plan, nationalisations, Sécurité sociale, services
publics…) qui placent durablement l’État au cœur du développement de l’économie et de la société. Cette période se poursuit, non sans tension, dans les années 1968-1982, avec une régulation collective administrée par l’État, alors hégémonique, des gaulistes au PC, quels que soit les partis au pouvoir. Enfin se met en place, de 1982 à nos jours, selon des temporalités différenciées, une double dynamique de retrait et de consolidation, jusqu’à LREM, premier gouvernement en capacité d’acter la fin de l’état social.