Le Directoire, La République sans la démocratie
EAN13
9782358721646
ISBN
978-2-35872-164-6
Éditeur
La Fabrique
Date de publication
Collection
LA FABRIQUE
Nombre de pages
256
Dimensions
20 x 13 x 1 cm
Poids
285 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le Directoire

La République sans la démocratie

De

La Fabrique

La Fabrique

Offres

Quelle est donc cette « tyrannie » dont les artisans du Directoire, après Thermidor, voulaient débarrasser la France ? À en croire Boissy d’Anglas, qui rédige la Constitution de l’an III, c’est celle des assemblées primaires, livrées au suffrage universel, où le peuple est « constamment délibérant ». Étrange « dictature », remarquent Yannick Bosc et Marc Belissa, que celle qui favorise la délibération des citoyens, organise l’opposition et autorise les insurrections…

À l’encontre du récit qui fait de la période du Directoire celle du « retour à la normale », les auteurs de ce livre y voient surtout la répression des éléments les plus subversifs de la Révolution : où les Droits de l’homme, rangés au placard des principes abstraits, s’effacent devant le droit des propriétaires ; où l’on décapite l’opposition dans le procès de Babeuf et des « Égaux » ; où l’on confisque la souveraineté populaire dans la confidence des assemblées censitaires ; où les intrigues – et l’armée – demeurent les seuls instruments de régulation politique.

Longtemps boudé par l’historiographie, le Directoire méritait réexamen. Plus qu’une parenthèse entre la Révolution et le Premier Empire, il a été le laboratoire d’une forme de modernité politique, « celle de la république élitiste, parlementaire et colonialiste », dont la formule perdure encore : une république sans démocratie.

« […] Marc Belissa et Yannick Bosc portent un regard singulier sur le débat représentation politique / démocratie directe. Et ils déconstruisent méthodiquement plusieurs idées reçues, que j’ai longtemps partagées, sur la nature “bourgeoise” de la révolution française et sur le caractère “centralisateur” du jacobinisme. » Manuel Cervera-Marzal, Hors-Série, mars 2019.

« Avec les historiens Marc Belissa (Univ. de Paris Nanterre) et Yannick Bosc (Univ. de Rouen). Avant même son arrestation et son exécution lors de Thermidor (juillet 1794), Maximilien Robespierre a été outrancièrement vilipendé et calomnié par les ennemis de la Révolution, en particulier par les presses royaliste et anglaise. » Julien Théry, Le Média, juin 2019.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Marc Belissa