Les prisons de la misère
  •  
EAN13
9782912107565
ISBN
978-2-912107-56-5
Éditeur
RAISONS D AGIR
Date de publication
Collection
RAIS. D'AGIR
Nombre de pages
192
Dimensions
18 x 11 x 1 cm
Poids
174 g
Code dewey
340
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Les Prisons de la misère est un livre important pour les éditions Raisons d’agir. Paru en 1999, il a été vendu a 20000 exemplaires et a été traduit dans vingt langues. Ce livre et son auteur, professeur à l’université de Berkeley, sont à l’origine d’un débat très intense sur le rôle de l’incarcération aux Etats-Unis et dans le reste du monde. La thèse qu’il soutient est que l’État pénal est en train de prendre la pace de l’État social et que l’emprisonnement devient un moyen massif de répondre à la misère produite par les politiques néo-libérales. Plus généralement, on assiste à un processus d’incubation et d’internationalisation des slogans (« la prison, ça marche »), des soi-disant théories (la « vitre brisée ») et des mesures (telles que le recours accru à l’incarcération, les peines-plancher, les camps de redressement et les couvre-feu pour jeunes) qui composent ce nouveau « sens commun » punitif, conçu pour endiguer la montée de l’inégalité et de la marginalité dans la ville postindustrielle.

 

Dans cette nouvelle édition, l’auteur revient sur la réception internationale des Prisons de la misère comme révélateur des évolutions pénales dans les sociétés avancées au cours de la décennie passée. Il établit comment la tornade sécuritaire mondiale inspirée par les États-Unis, que le livre détectait en 1999, a continué de faire rage de toutes parts. De fait, elle s’est étendue des pays du Premier monde à ceux du Second monde et elle a transformé les enjeux et les mesures politiques du châtiment pénal à travers la planète de façon que nul n’aurait pu prédire ou même croire possible il y a seulement une quinzaine d’années. L’auteur développe et étend son analyse du rôle des think tanks dans la diffusion de la pénalité « made in USA » à l’Amérique latine. Enfin, il révise le modèle initial du lien entre néolibéralisme et pénalité punitive, révision qui débouche sur l’analyse de la refonte de l’État à l’ère de l'insécurité sociale.
S'identifier pour envoyer des commentaires.