De la France
EAN13
9782262080471
ISBN
978-2-262-08047-1
Éditeur
Perrin
Date de publication
Nombre de pages
400
Dimensions
21,1 x 14,2 x 3,3 cm
Poids
490 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

La vraie France expliquée par l'histoire et auscultée par une analyse novatrice et optimiste. A rebours des idées reçues et de la radicalité ambiante.
" Le déclin français ", pour reprendre le titre du célèbre essai de Nicolas Baverez, omnubile les journalistes et les intellectuels depuis une génération, inspirant une littérature brillante et à succès (Alain Peyrefitte, Jean-François Revel , Alain-Gérard Slama, Marcel Gauchet, Christophe Guilly Patrick Buisson etc.) dont le dernier représentant est Jérôme Fourquet. Tous ces best-sellers souffrent pourtant de deux défauts récurrents : le déclinisme et la spécilisation.Le pari de Laetitia Strauch-Bonart, jeune intellectuelle et figure de proue du conservatisme libéral, est tout autre. Offrir un essai global conjuguant l'histoire et l'actualité en mobilisant pour la première fois une large gamme de disciplines (philosophie politique, économie, sociologie, sciences) au service d'un propos limpide cherchant à comprendre et à expliquer le mystère français sans dogmatisme ni esprit de système. Le point de part pose un concept novateur : " la société de créance ", avant de dérouler un tableau large qui dépasse " le mal Français " pour montrer tout ce qui fonctionne et nous permet toujours de " faire nation " pour emprunter un concept familier aux lecteurs de Pierre Rosanvallon.Le regard de l'auteur, à mi-chemin entre l'Angleterre et la France, ouvertement francophile mais distancié et ouvert sur le monde, offre une large gamme de perspectives novatrices et parfois iconoclastes, qui vont largement contribuer à animer le débat en cette année-charnière .La grande enquête qui répond aux questions d'une France qui doute et ne s'aime plus.
Table :
Introduction. Ce pays que l'on croyait connaître
Première partie : La société de créance
Les faux-semblants de l'identité
Le Léviathan à la française
Deuxième partie : Effets de non-retour
Le pouvoir sans pouvoir
La décentralisation introuvable
Troisième partie : Liberté, égalité, franternité ?
La haine du libéralisme
Inégaux et incivils
Le travail comme souffrance
Quatrième partie : Les liens qui ligotent
L'intelligence empêchée
Centre partout, politique nulle part
Cinquième partie : Le bien qui nous reste
Prendre soin des corps
Tenir ensemble le corps social
Conclusion. La France, demain
S'identifier pour envoyer des commentaires.