Un qui veut traverser, (suivi de) Le Parlement des forêts
EAN13
9782846816618
ISBN
978-2-84681-661-8
Éditeur
Les Solitaires intempestifs
Date de publication
Collection
BLEUE
Nombre de pages
128
Dimensions
20 x 12,8 x 1 cm
Poids
138 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Un qui veut traverser

(suivi de) Le Parlement des forêts

Les Solitaires intempestifs

Bleue

Offres

Un qui veut traverser : « Un qui veut traverser » est un héros sans identité précise. Il se définit simplement par la volonté de quitter son foyer. Il représente à lui seul la masse des migrants illégaux, d’où qu’ils partent. Sa nationalité importe peu, elle n’est jamais donnée. Il est d’un pays d’où il est interdit de partir. Il sera aussi bien ouvrier d’usine, géographe, journaliste. Au fil du récit, c’est comme s’il se démultipliait selon différentes trajectoires, comme s’il pouvait mourir et renaître. Ce texte est un récit choral où la narration est tissée dans les dialogues, sans que l’on puisse démêler tout cela en distinguant bien l’action de la parole. Il se définit avant tout comme la description d’un « geste » (un peu au sens épique) décrivant les actes et les circonstances dans lesquelles ces combats – sans armes mais bien mortels, ont lieu. Sur le plan littéraire, on peut y voir une filiation lointaine avec la forme archaïque de la tragédie grecque, le dithyrambe, alternance de strophes chantées par le coryphée, et d’antistrophes chantées par le chœur. 
Le Parlement des forêts : À partir de faits réels, cette pièce raconte d’abord l’errance de plusieurs groupes humains en milieu hostile : certains sont abandonnés en altitude, d’autres poussés dans une barque sur les rapides d’un fleuve, ou encore enfermés dans une étable de montagne. La fiction fait converger ces trajectoires multiples vers une « maison commune », la forêt, où ils tentent de s’organiser par eux-mêmes, de retrouver ce qu’ils sont, leurs racines, un collectif, de la dignité.Le Parlement des forêts est une autre facette de la réalité décrite dans la pièce précédente, Un qui veut traverser. Le combat prend ici une dimension collective et l’aspect choral de l’écriture du premier volet s’en trouve renforcée, de même que le tissage des paroles dans le récit.
S'identifier pour envoyer des commentaires.