Mon Pollock de père
EAN13
9782850350726
ISBN
978-2-85035-072-6
Éditeur
L'atelier contemporain
Date de publication
Nombre de pages
176
Dimensions
20,1 x 16,3 x 1,5 cm
Poids
400 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Mon Pollock de père

De

L'atelier contemporain

Indisponible

Ce livre est en stock chez 27 confrères du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
Grand peintre américain, mais aussi professeur de calligraphie et de typographie, Charles Pollock, frère aîné de Jackson Pollock, n’aura laissé que peu de traces de l’existence de son œuvre avant de mourir à Paris. Sa fille, Francesca, et son épouse Sylvia, mettront alors vingt années à rassembler, archiver, à enfin de faire connaître son travail et sa vie voilés par le silence et la discrétion. Pour quoi et pour qui s’être effacé ? Quels sens donner aux toiles de Charles Pollock et à son silence ? Aiguillonnée par ces questionnements, Francesca Pollock entreprend de (re)nouer un dialogue avec le père qu’elle a perdu à l’âge de 21 ans. La parole, qui fut si rare entre eux, est alors délivrée au moyen d’une écriture à plusieurs voix, celle de l’auteure, celle de Charles Pollock qui affleure des correspondances, de ses écrits et entretiens, mais aussi celle des œuvres du peintre et de ses contemplateurs qui « parlent » bien plus que tout autre chose.
Par le récit, ce n’est pas tant l’histoire de son père que Francesca Pollock désire comprendre et raconter, que sa propre histoire, sa propre vie si liées à celle de Charles Pollock dont elle n’a connu que la vieillesse et très vite sa mort physique. Mais bien plus encore, c’est l’absence de parole et de transmission, formes de morts symboliques qui enveloppent son père tout au long de son vivant : « Ce que j’ai mieux connu de lui, c’est son silence ». Dès lors, que faire, que comprendre, que dire des œuvres du peintre, lorsque la figure du père ne dit mot ? Francesca Pollock entend extraire son père de ce chaos informe et enténébré dans lequel il s’est plongé, lui et son œuvre. Cette entreprise passe par un long ouvrage, véritable forage et coups de sonde dans le passé pour excaver l’œuvre ensevelie et rencontrer ainsi son père. Le lecteur suit, parfois avec anxiété, la gestation douloureuse de l’auteure pour « mettre son père au monde », et enfin faire œuvre de vérité, de liberté. Pour la psychanalyste qu’est l’auteure, la tâche n’en est pas moins ardue : il s’agit de déconstruire le mythe bâti autour de l’art et de la personne de Jackson Pollock, mythe qui l’élevait en tant que peintre unique, idée qu’il embrassait et encourageait, excluant ainsi, inconsciemment, l’art de son frère Charles. La délivrance surgit alors au détour de rencontres artistiques – celles surtout du critique d’art et poète Maurice Benhamou – qui, par des regards, des mots neufs, font renaître l’œuvre de l’artiste et délestent l’auteure : « La pensée qui me submerge, c’est que le regard de Maurice a libéré ton œuvre, et, ce faisant, il m’a libérée moi ».
Tout au long de la narration, le lecteur assiste à une subtile correspondance entre le fond et la forme : des bribes d’histoires balbutiés qui se confondent avec les souvenirs épars de l’auteure jusqu’à la nette chronologie qui trace la vie du peintre et correspond à l’accomplissement des recherches, au sens retrouvé. Avec finesse, Francesca Pollock manie les outils de l’historienne : archives, correspondances, entretiens tirés de la presse ou radiophoniques, extraits de conférences de son père, s’enchevêtrent au cœur du récit, entre souvenirs, anecdotes, pensées de l’auteure, références livresques ou encore critiques des œuvres du peintre. Écriture dense donc, mais transparente, franche et d’une grande tendresse qui tire Charles Pollock de la tombe du silence pour s’ériger en tombeau artistique. Illustré de photographies familiales et de reproductions des œuvres du peintre, l’ouvrage donne à voir, de manière touchante, la force et la cohérence de l’art singulier de Charles Pollock, de la figuration à l’abstraction, où formes et couleurs se cherchent et se correspondent.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Le , Le Merle Moqueur

Grand peintre américain, mais aussi professeur de calligraphie et de typographie, Charles Pollock, frère aîné de Jackson Pollock, n’aura laissé que peu de traces de l’existence de son œuvre avant de mourir à Paris. Sa fille, Francesca, et son épouse Sylvia, mettront alors vingt années à rassembler, archiver, faire connaître son travail et sa vie voilés par le silence et la discrétion. Pour quoi et pour qui s’être effacé ? Quels sens donner aux toiles de Charles Pollock et à son silence ? Aiguillonnée par ces questionnements, Francesca Pollock entreprend de (re)nouer un dialogue avec le père qu’elle a perdu à l’âge de 21 ans. La parole, qui fut si rare entre eux, est alors délivrée au moyen d’une écriture à plusieurs voix, celle de l’auteure, celle de Charles Pollock qui affleure des correspondances, de ses écrits et entretiens, mais aussi celle des œuvres du peintre et de ses contemplateurs qui « parlent » bien plus que tout autre chose.