D'une terreur à l'autre / théories du complot et nostalgie de l'Empire, 1815-1816, Nostalgie de l’Empire et théories du complot, 1815-1816
EAN13
9782363580214
ISBN
978-2-36358-021-4
Éditeur
Vendémiaire
Date de publication
Collection
CHRONIQUES
Nombre de pages
192
Dimensions
20 x 15 x 0 cm
Poids
248 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

D'une terreur à l'autre / théories du complot et nostalgie de l'Empire, 1815-1816

Nostalgie de l’Empire et théories du complot, 1815-1816

Vendémiaire

Chroniques

Offres

Entre 1815 et 1816, la France est gouvernée par une faction ultraroyaliste qui vit dans la hantise des complots que fomenteraient demi soldes et ouvriers à la solde de l’Empereur déchu. C’est le prétexte à de terribles représailles, et à des déclarations d’intention directement inspirées par la Terreur jacobine.

Après l’échec de Napoléon en 1815, les royalistes reviennent de Gand où ils avaient suivi Louis XVIII en exil. C’est la seconde Restauration, dont les députés, qui forment la Chambre « introuvable », comme l’ont appelée les contemporains, tant elle est réactionnaire, et les ministres, sont animés d’une ferveur monarchiste qui tourne au fanatisme.

Or, dans ce climat d’extrême tension politique, les mécontents sont nombreux : nostalgiques de l’Empire, commerçants ou hommes d’affaires soucieux de paix et de prospérité, ouvriers sans travail, et peu à peu, tout simplement, royalistes modérés.

Complots et intrigues se succèdent, le plus souvent montés à la va-vite par des aventuriers sans véritable idéologie ; en face, le pouvoir, saisi d’un esprit de revanche qu’ont nourri des années d’exil, exerce une répression sévère : les agitateurs, qui sévissent essentiellement dans le sud-est, à Lyon, à Grenoble et dans les campagnes avoisinantes, et ceux qui se réunissent à Paris, dans les faubourgs, sous la férule du légendaire patron bonapartiste Richard-Lenoir, se voient poursuivis, arrêtés et exécutés.

C’est finalement la lassitude de l’opinion qui l’emportera : en 1816, la Chambre introuvable est dissoute, et les monarchistes modérés, ou constitutionnels, arrivent au pouvoir ; la Charte prévaut sur le droit divin.

Laurent Nagy, enseignant, docteur en histoire, est spécialiste de l’histoire politique du début du XIXe siècle.
S'identifier pour envoyer des commentaires.