Programme de désordre absolu, Décoloniser le musée
EAN13
9782358722490
ISBN
978-2-35872-249-0
Éditeur
La Fabrique
Date de publication
Nombre de pages
256
Dimensions
20 x 13 x 0,1 cm
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Programme de désordre absolu

Décoloniser le musée

La Fabrique

Offres

La décolonisation du musée occidental universel est impossible, c’est l’argument de départ. Elle est impossible parce que pour que la décolonisation du musée soit accomplie, il faudrait des bouleversements qui remettraient radicalement en cause ses fondements, son fonctionnement, sa structure, sa mission, ses objectifs, et dès lors, pourrions- nous encore parler de musée? Le musée, qui n’a jamais été un espace neutre, protégé des luttes sociales et idéologiques, symbolise la puissance de l’état, la richesse de la nation et son niveau de « civilisation ». Dire que cette décolonisation est impossible ne veut pas dire qu’il ne faut pas se battre pour que des amendements, des change- ments et des transformations de cette institution aient lieu, que des négociations ne soient pas entreprises avec les communautés dont des objets sont exposés, répondant ainsi à des exigences de réparation et de restitution et de justice épistémologique et sociale.
Françoise Vergès part de cette impossibilité pour penser ce qui serait possible, ce qui remplacerait le musée dans un monde post-raciste et post-capitaliste. Car si le programme de la décolonisation est celui d’un « désordre absolu » car il « se propose de changer l’ordre du monde » (Franz Fanon, Les damnés de la terre, Maspero,1961), alors il nous faut imaginer ce qu’est ce programme. S’attaquer à l’ordre de ce monde (et non du monde, pour être précise), c’est s’attaquer à ses institutions.
Le premier chapitre revient sur une défaite, celle du projet Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise à l’île de La Réunion et explique pourquoi cette défaite était inévitable dans un contexte de colonialité. Ensuite, l’auteure rappelle le rôle du pillage dans la constitution du plus grand musée français, le Louvre, accompli par les armées napoléoniennes dans des États d’Europe et en Égypte, établissant ainsi une politique qui trouvera son plein développement avec la colonisation. Puis l’auteure présente des pratiques qu’elle a imaginées et mises en œuvre qui cherchent à expérimenter des méthodes collectives de performance artistiques. La conclu- sion portera sur « l’abolition-révolution » ou le programme décolonial de désordre absolu.
S'identifier pour envoyer des commentaires.