Le cardinal Biayenda et le Congo-Brazzaville, [actes du] colloque à l'Institut catholique de Paris, 14 et 15 février 2008
EAN13
9782811106096
ISBN
978-2-8111-0609-6
Éditeur
Karthala
Date de publication
Collection
Mémoires d'Églises
Dimensions
24 x 16 x 0 cm
Poids
473 g
Code dewey
282.6724092
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le cardinal Biayenda et le Congo-Brazzaville

[actes du] colloque à l'Institut catholique de Paris, 14 et 15 février 2008

Dirigé par , ,

Édité par , ,

Karthala

Mémoires d'Églises

Offres

Le 22 mars 1977, le Congo-Brazzaville devenait le premier pays d’Afrique où un cardinal de l’Église catholique, Émile Biayenda, archevêque de Brazzaville, était assassiné. Cet événement intervenait dans un contexte de coup d’État, qui coûta la vie au président marxiste-léniniste congolais, Marien Ngouabi, et à l’ancien président «socialiste bantou», Alphonse Massamba-Débat.
Le présent ouvrage reprend les interventions d’un colloque de février 2008, organisé par l’Association Cardinal Émile Biayenda-France (Aceb-France) en partenariat avec l’Institut de Science et de Théologie des Religions de l’Institut catholique de Paris (Istr-Icp) et le Centre d’Études Africaines de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Ceaf-Ehess). Les séances plénières et les tables rondes de ce colloque ont abordé, à travers différentes perspectives, la signification théologico-politique d’un acte à nul autre pareil dans l’histoire du pays.
Au Congo, depuis longtemps, les histoires religieuse et politique s’articulent de manière complexe. Il suffit de rappeler l’histoire de Kimpa Vita (xviiie siècle), et plus récemment celle de l’abbé Fulbert Youlou qui fut, dans les années soixante, le premier président de la République du Congo-Brazzaville. À travers la figure du cardinal Émile Biayenda, le colloque a reconstruit le cadre général des affrontements politico-religieux dans l’histoire présente, en éclairant les trajectoires du socialisme au Congo et les choix idéologiques pris par les uns et par les autres. Ont été examinés ensuite les rapports tendus entre l’État et les Églises. Enfin, on a tenté de mettre en lumière l’héritage spirituel du cardinal Émile Biayenda.
Ont participé au colloque et à cet ouvrage: Rémy Bazenguissa-Ganga (Université de Lille I & CEAf-EHESS); René Charrier cssp (Chevilly-Larue); Catherine Coquery-Vidrovitch (Université Paris VII); Paul Coulon cssp (Institut catholique de Paris); Côme Kinata (Université Marien Ngouabi, Congo); Brice Arsène Mankou (doctorant Lille I); Dominique Mfouilou (écrivain, France); Albert S. Mianzoukouta (Radio Vatican, Italie); Dominique Ngoie-Ngalla (Université Marien Ngouabi, Congo); Michel Pouet, pradosien (Argentan); Gabriel Sounga-Boukono (Aceb-France); René Tabard cssp (Institut Catholique de Paris); Joseph Tonda (Université Omar Bongo Gabon); Patrice Yengo (Université Marien Ngouabi Congo & CEAf-EHESS, France).
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Centre d'études africaines
Plus d'informations sur René Tabard
Plus d'informations sur Rémy Bazenguissa