La péninsule ibérique et le monde, 1470-1640
EAN13
9782753528291
ISBN
978-2-7535-2829-1
Éditeur
Presses universitaires de Rennes
Date de publication
Collection
DIDACT HISTOIRE
Nombre de pages
400
Dimensions
24 x 15 x 2 cm
Poids
602 g
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
946.000903
Fiches UNIMARC
S'identifier

La péninsule ibérique et le monde

1470-1640

Dirigé par

Presses universitaires de Rennes

Didact Histoire

Offres

En entrant dans les temps modernes, pendant presque deux siècles, les Ibériques tiennent le premier rôle dans le désenclavement du monde à échelle planétaire. C'est un tournant majeur de l'histoire mondiale car cela conduit à une redéfinition profonde tous les enjeux stratégiques. Les dynamiques ibériques, appuyées sur d'autres apports européens au sein de modalités impérialistes divergentes avant d'opérer un rapprochement partiel, entrent en interaction avec des aires politiques et culturelles très diversifiées. Un élan nourri de soif d'enrichissement, de providentialisme religieux, de curiosité intellectuelle et d'esprit d'aventure établit de nombreux réseaux relationnels entre les quatre parties du monde de manière inédite ou très renouvelée. L'apport majeur en est la création d'un Nouveau Monde en Amérique, fruit d'un impérialisme de l'exploitation de la main d'œuvre amérindienne et africaine au sein d'un encadrement politique, religieux et culturel prégnant, aboutissant à la création d'une société entièrement nouvelle dans sa hiérarchie, ses blocages et ses mobilités. Cette connexion entre les Anciens Mondes et ce Nouveau Monde engendre une première forme historique de mondialisation concrétisée par des circulations planétaires concernant aussi bien les hommes et les produits que les idées et les goûts artistiques, portées par des réseaux de nature variée. Il en résulte des phénomènes de brassage et de métissage d'intensité variable selon les lieux, toujours inscrits dans un rapport de force plus ou moins favorables aux Ibériques. La mise en relation varie donc de la domination brutale et de la subjugation à l'opportunisme et au rejet. Les décalages et les limites observables dans ces procès de raccordement orientent plus vers une histoire connectée que vers le concept de globalisation. L'initiative ibérique s'inscrivant comme avant-garde d'une occidentalisation, reste à comprendre pourquoi ce sont les Européens qui se projettent hors de leur aire culturelle dans cette proto-mondialisation et non pas leurs possibles compétiteurs.
S'identifier pour envoyer des commentaires.