Brice F.

par (Libraire)
23 juillet 2022

Empruntant son titre à Chrétien de Troyes, "Ceux qui vont par les étranges terres, les étranges aventures quérant" est un texte d'une puissance évocatrice rare, pleine de finesse, érudition, et humanité. Des textes qui se disent, s'écoutent, se crient, se chantent tant à chaque mot, à chaque phrase le rythme et la musicalité nous emportent sur ces chemins, ces routes qu'il faut tant de courage pour emprunter.

"Qui possède une langue ne se perd pas."

20,00
par (Libraire)
25 mai 2022

Sous la plume de Claire Duvivier, le deuxième tome nous avait fait rentrer à Dehaven, cité austère et feutrée. Là, dans les pas d'Amalia, nous avions suivi les évolutions psychologiques des personnages, découvert progressivement Nehaved, et réfléchi sur le colonialisme, l'éducation et la fragilité d'une société inégalitaire.

La Tour de Garde est de retour avec Trois Lucioles, troisième tome de la Saga, et l'on revient à Gemina, la Capitale du Sud dont Guillaume Chamanadjian est en charge. Et c'est un vrai plaisir que de retrouver Nox dans son exubérante et explosive cité, au moment exact où nous l'avions quitté !
La guerre civile couve, alors que les tensions entre les cinquante clans de la Cité se font de plus en plus violentes et insidieuses. Nox, plus sombre et écartelé par de nombreux choix à faire, s'enfonce de plus en plus souvent dans le Nihilo, la Cité-Miroir où l'invisible est révélé, le temps et l'espace distordus...Au final, la tentaculaire Gemina s'affirme un peu plus comme la principale protagoniste de l'histoire, et bravo à Guillaume Chamanadjian de si bien réussir à nous immerger dans ses détails, circonvolutions, spécificités !

Un passionnant troisième tome au rythme soutenu, aux intrigues multiples, et au final explosif qui nous amène à regarder avec impatience vers le Nord ! Vite !

par (Libraire)
16 mai 2022

Court bijou d'une centaine de pages, ce Serpent des Blés est un plaisir cinématographique, ciselé dans la lumière des matins d'été. Dans un instantané sépia, irisé du jaune des blés, du bleu d'une camionnette ou du rouge vif d'un chapeau, se dessinent les contours d'un récit vif et mordant, à la manière de ces serpents qui se glissent entre nos jambes pour disparaître à tout jamais.

par (Libraire)
13 mai 2022

Un matin de 1972 François, dit "Narval", franchit les portes des Chantiers navals de La Seyne-sur-Mer. Là, dans les pas de son père, ajusteur, et le fracas des Machines, la graisse, la sueur, Narval va faire son apprentissage d'ouvrier, d'homme, de camarade. Autour de lui, ils s'appellent entre eux Cochise, Mangefer, Barbe, l'Horloger.
Lorsque brutalement les Chantiers navals ferment, à la fin des années 1980, démarre alors le temps de la lutte, sociale, syndicale. Et plus cruelle encore, la lutte contre l'amiante qui lentement dévore les corps...

Avec pudeur, tendresse et une écriture remarquablement fine et concise, Christian Astolfi chronique ce lent effondrement d'un monde ouvrier, sur quarante ans d'évolution politique et sociale, d'espoirs et désillusions ( je l'ai lu à sa sortie début avril, vous voyez le contexte ? ).
Première publication de la toute jeune et prometteuse maison d'édition Le Bruit du Monde, "De notre monde emporté" est un roman admirable, qui rend hommage à ces vies d'hommes sacrifiées sur l'autel de la productivité, de la "restructuration économique", et du scandale de l'amiante.
À lire absolument.

23,00
par (Libraire)
11 mai 2022

Embarquez à bord du '"Saardam", voilier de la compagnie des Indes Hollandaises, pour une traversée pleine de mystères, de phénomènes étranges et énigmes tortueuses !
À la fois roman d'aventures maritimes et roman policier dans la pure veine de Conan Doyle, cette "Étrange traversée" est une vraie belle réussite , au rythme soutenu et à l'intrigue haletante.
Et que dire de l'atmosphère façon Hollandais Volant et du stupéfiant final ? Bravo !