Ajouter à mon calendrier
Le , Le Merle Moqueur

Jeudi 16 juin à 19h30 nous aurons le plaisir de recevoir Paula Anacaona, fondatrice des éditions Anacaona pour une rencontre autour de l'ouvrage "Pensée féministe décoloniale", une anthologie de textes, fondateurs et plus récents, pour mieux saisir toute la diversité du féminisme décolonial en Amérique du Sud.

Quinze autrices originaires d’Amérique du Sud, centrale et caribéenne questionnent les concepts du genre, du patriarcat, du développement. Elles défendent un féminisme communautaire et autochtone, un féminisme noir, un écoféminisme, une améfricanité. Elles prônent le bien vivre, une autre conception des droits humains ou un nouveau véganisme.
De cet ouvrage émerge une pensée contestatrice, multiple et rénovatrice, qui questionne, enrichit et mobilise de nouvelles réflexions et actions pour le(s) féminisme(s) contemporain(s). Un livre pour lutter contre toutes les formes d’oppression et rêver à de nouvelles solidarités…
En couverture, un clin d’œil au wiphala, ces carrés de sept couleurs assemblés en drapeau, symbole politique et culturel pour de nombreux peuples autochtones d’Amérique.

Avec les contributions de :

- Sueli Carneiro (Noircir le féminisme),
- Lélia Gonzalez (qui a publié ce texte fondateur au Brésil dès 1988 : Pour un féminisme afro-latino-américain),
- Maria Lugones (son texte a posé les bases du féminisme décolonial, Colonialité et genre),
- Susana de Castro (La condescendance : une stratégie pater-coloniale de pouvoir)
- Ochy Curiel (Construire des méthodologies féministes depuis le féminisme décolonial)
- Maria Elvira Diaz Benitez (Féminisme intersectionnel, féminisme anti-abolitionniste : murs et ponts dans la pratique féministe)
- Alba M. Aguinaga Barragán, Miriam Lang, Dunia Mokrani Chávez, Alejandra Santillana (qui écrivent à quatre ce texte sur l’historique du “développement” et ses liens avec le féminisme : Penser depuis le féminisme : critiques et alternatives au développement)
- Thula Rafaela de Oliveira Pires (Pour une conception améfricaine des droits humains)
- Maria da Graça Costa (Agroécologie, (éco)féminismes et « bien vivre » : émergences décoloniales dans le mouvement environnementaliste brésilien)
- Rita Laura Segato (pour repenser la notion d’universalité du patriarcat : Le patriarcat de faible intensité du monde pré-intrusion face au patriarcat moderne de la colonialité)
- Aura Cumes (La cosmovision maya et le patriarcat : une interprétation critique)
- Martina Davidson (Le féminisme et le projet décolonial : des outils critiques pour repenser le véganisme)