• 14 juin 2019

    La maman de Michele est partie lorsqu’il avait sept ans.
    Resté seul avec son père, devenu adulte, il prend sa place de chef de gare. Cette gare qu’il n‘a jamais quittée depuis trente ans.
    L‘entrée dans sa vie d’Elena, une jeune femme fougueuse, va le pousser à sortir de sa gare et à rechercher sa mère.
    J’ai adoré ce roman. J’interrompais parfois ma lecture pour qu’il m’en reste encore pour plus tard.
    Ҫa coule, ça coule tout seul. Un vrai plaisir de lecture, surtout en vacances, surtout presque en été.
    Parce que, oui, c’est un bon livre de vacances. Prenant mais sans prise de tête.
    Michele et Elena sont fragiles, chacun à leur manière, mais leur rencontre permet tous les possibles.
    J’ai accompagné ces deux êtres avec compassion et plaisir à la fois. J’ai imaginé le train, les montagnes….
    Certes, il pourra sembler à certains un peu facile, avec certains rebondissements too much, mais je trouve vraiment que c’est une super fiction détente.
    Une petite interrogation quant au titre :
    « Lo strano viaggio di un oggetto smarrito » (L’étrange voyage d’un objet perdu) devient « Petits miracles au bureau des objets trouvés ».
    Étonnant, non ?