Une trop bruyante solitude
EAN13
9782221109847
ISBN
978-2-221-10984-7
Éditeur
Robert Laffont
Date de publication
Collection
Pavillons Poche
Nombre de pages
120
Dimensions
19 x 12 x 0 cm
Poids
85 g
Langue
français
Langue d'origine
tchèque
Code dewey
850
Fiches UNIMARC
S'identifier

Une trop bruyante solitude

De

Traduit par

Robert Laffont

Pavillons Poche

Indisponible

Ce livre est en stock chez 2 confrères du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
Traduit du tchèque par Anne-Marie Ducreux-Palenicek.


Format numérique Voir la version papier
Retour Partager sur Facebook Envoyer à un ami Imprimer la fiche

UNE TROP BRUYANTE SOLITUDE - PAVILLONS POCHE

Bohumil HRABAL

Traduit par
Anne-Marie DUCREUX-PALENICEK
À l'occasion de la sortie inédite en France du film Une trop bruyante solitude de Véra Caïs avec Philippe Noiret, les Éditions Robert Laffont nous font redécouvrir le chef d'oeuvre de Bohumil Hrabal.
Voilà trente-cinq ans que M. Hanta nourrit la presse d'une usine de recyclage ou s'engloutissent jour après jour des tonnes de livres interdits par la censure, et jusqu'aux chefs-d'oeuvre de l'humanité. « Ce genre d'assassinat, ce massacre d'innocents, il faut bien quelqu'un pour le faire. » Hanta travaille, boit de la bière, déambule dans les rues de Prague, lit, et ressasse la mission dont il s'est investi : sauver la culture en arrachant à la mort des trésors si injustement condamnés. Il en sauve jusqu'à deux tonnes qu'il entasse au-dessus de son lit. Mais à ce jeu de cache-cache, son rendement baisse. Rejeté, abandonné de tous, il ne lui reste plus qu'à rejoindre ses livres bien-aimés.
Le lecteur suit les pensées de Hanta à travers un long monologue obsessionnel et émaillé d'images singulières. Hanta revient sans cesse sur son travail, son passé et, sans le dire réellement, sur la solitude qui le mine. C'est le destin d?un homme, un ouvrier, rattrapé par une modernité assassine.
Publié d'abord en 1976, traduit dans plus d'une dizaine de langues, ce soliloque, révélant l'absurdité tragicomique du quotidien, à propos duquel Hrabal disait : « Je ne suis venu au monde que pour écrire Une trop bruyante solitude», est un splendide apologue de la « normalisation », machine à broyer l'esprit, dont Hrabal fut lui-même la victime.
S'identifier pour envoyer des commentaires.